Tumblelog by Soup.io
Newer posts are loading.
You are at the newest post.
Click here to check if anything new just came in.

December 09 2013

01:03

HackthebankParis first edition : a quick summary

We all gathered on a gloomy November Saturday morning for the first edition of HackTheBank in Paris.

I took part of the organization with the folks from La Mutinerie,  OpenBankProject and Anatec (a Paris based quantitative portfolio management tool).

We were around 50 people (I have to admit mostly men). I was really happy to see that we had teams coming from berlin and London. Thank you very much to all the participants.

You can see the ambiance of the day thanks to that quick video (thank youy Masha for filming and editing)

quick video summary of HackThebank Paris #1

 

The day started with a presentation of the API providers that were kind enough to send people to present the API and help the teams during the day.

The APIs present were : Mangopay (a white label wallet for C2C marketplaces),  The CurrencyCloud (and API for currency exchange), Mailjet a mail sending API, CozyCloud (a personal cloud with PFM capabilities) , OpenBankProject (an opensource middleware for large banks), Nexmo an SMS API and last but not least Oauth.io the great new API by the team of Webshell to easily manage the Oauth authentication.

After the presentation it was the time of the quick pitch to promote the project they wanted to work for the day. After some exchange and discussion we had 10 teams ready to code the projects of the day:

PayFair : a group splitting payment solution with a nice trick. If you’re late paying back your friends, you pay interests. Those interests then go to an NGO, choice of the one that advanced the funds.

http://www.cryptoratings.co/  The standard and Poors of Cryptocurrency. With the explosion of  cryptocurrencies (yes there is other cryptocurrencies and not only Bitcoin), we’ll need trusted third party to rate the level of trust in those currencies.

Trigger : the ifttt of bank accounts. A nicely designed automatic banking alogorithm. Used Anatec, Mangopay, Oauth.io. And they made a nice presentation



Trigger, HackTheBankParis1

Naabu : a recurring payment solution but more built towards the consumer market. Project looked good but unfortunately the team gave up before the presentation because of a long party the night before. Thank you for coming and building stuff anyway.

Tutorsbox : Bitcoin as a bonus for student. Tutorsbox is a whiteboard tool for students. During the hackaton they worked on the development of an incentive for students based on bitcoins;
Uses Mangopay, mailjet, coinbase, mtgox APIs.

Currency Holyday : A nice group paying application for groups that go on holyday in a foreign country. Managed the “I owe You” between the different members and of course the currency exchange as 2 of the team members where from the Currency Cloud. Used OAuth.io, Mangopay and The Currency Cloud.

Opentax : just give your bank account details to a PFM, it will get how much you pay in Taxes and then tells you how much of your taxes went to education or military. Nice job by a developer that was alone.

Toutestrelatif : same idea with OpenTax but here you can compare how much you earn with how much is earning let’s say a nurse in Russia or Tiger Woods. Cool idea by the team of OpenErp.

Living : a team of 3 developers that came directly from London and worked on a really nice banking interface that remind me of Simple. The demo they showed us looked really nice. They came to test different APIs like OpenBankProject or TheCurrencyCloud. And this is the main goal of a hackaton, play around with different APIs you can test for different projects.

Transaction Search : Finally Simon from OpenBankProject showed us his  afternoon work with search on large number of banking transactions thanks to the Amazon Elastic cloud API.

All the projects are available here ( http://www.hackathon.io/hack239/projects ) and all the team that participated are welcome if they want to add anything related to their project (Github, screenshot…)

Fir the final presentation of the projects we even had some guest that came from the innovation department of different large banks to see the ideas of the day. We then had some wine and food and networked for the rest of the evening.

I want to thank all the participants that took on their private time to come to the events, all the people that helped in the organization of the event and of course all the sponsors that paid for the food, drinks and venue :

  •  MangoPay a white label wallet for marketplaces
  • http://www.finance-innovation.org/  the Paris Fiancial services cluster that sponsored and one of the member of the team was here most of the day. Thank you
  • XAnge Private Equity : a VC fund based in Paris and Munich investing in tech company and in FinTech companies (and it is my employer so thank you to my boss!)
  • Mailjet : a cloud emailing platform that support most of the hackaton in Paris!
  • TheFamily : the « coolest » Paris based accelerator program.

I really hope everyone was happy with the day they spent. On my side I had a great day and of course we did not have groundbreaking startup or ideas that came out of the day but that is not the idea. The idea is to have a bunch of people gathering for a full day, networking and testing different APIs. The idea is to have business partnership starting, the idea is to roll the dices as much as possible.

Long live the #Fintech scene !

Enhanced by Zemanta

flattr this!

April 04 2013

10:03

Bitcoin : le système monétaire de l’ère du web

L’actualité très récente a mis Bitcoin sur le devant de la scène. Alors que la valeur du Bitcoin a dépassé les 100€, des acteurs de l’écosystème Bitcoin subissent des attaques ou des difficultés à fournir leur service. Il en résulte que tous les gros sites internet finissent par parler de Bitcoin, qui fait même la une du Financial Times aujourd’hui 4 avril 2013 !

Cela faisait très longtemps que je voulais écrire un billet sur Bitcoin, je profite donc de cette crise d’euphorie autour du Bitcoin pour me donner un coup de pied aux fesses et tenter de résumé dans ce billet ce que je sais du Bitcoin. Si de vrais Bitcoiners me lisent, pardonnez s’il vous plait par avance mes simplifications. L’article ne sera pas complet et ne rentrera pas dans les détails du fonctionnement du Bitcoin mais tente plutôt d’en décrire les grands principes.

Le Bitcoin qu’est ce que c’est ?

Bitcoin, c’est

-          un réseau alternatif de traitement des transactions sur internet,

-          utilisant une monnaie autonome,

-          P2P,

-          open source,

-          prévisible et mathématique.

Le mot bitcoin désigne à la fois les unités de compte qui circulent sur le réseau bitcoin et le réseau lui-même, qui permet de transmettre et de valider les transactions en bitcoin. C’est de ce point que vient beaucoup de confusions.

Je répète Bitcoin c’est :

  • une monnaie, c’est-à-dire une unité de compte  qui permet de stocker de la valeur, d’échanger des biens ou services. Tout comme le sont le $ ou l’€. Cette monnaie a un cours fixé par le marché et c’est ce cours qui est en train d’exploser et qui fait la une des journaux… Cette monnaie n’a pas d’émetteur central et est donc très différente des monnaies complémentaires qui ont existé jusqu’à présent et où il y a toujours un organisme central qui a la main sur le robinet de monnaie (les miles des compagnies aériennes, les Facebook Credit, les World of Warcraft $…).
  • Mais bitcoin est aussi (et surtout) un protocole de paiement décentralisé (P2P) : pour faire simple c’est Visa/Mastercard rencontre Bittorrent. A la différence de Visa/Mastercard ou Paypal qui sont des réseaux de paiements centralisés où celui qui paye et celui qui est payé doivent adhérer au réseau, avec Bitcoin, nous sommes face à un vrai réseau Peer to Peer où je peux payer un tiers sans passer par un point central. C’est bien dans ce réseau de transaction que réside toute la puissance de Bitcoin. Le réseau Bitcoin est une alternative libre et ouverte aux réseaux d’acceptations de paiements qui sont un oligopole de Visa, Mastercard, Paypal et des banques.

Dans la suite du billet j’insisterai plus sur cette vision de réseau de paiement de Bitcoin plutôt que dans la notion de monnaie/or numérique qu’est le Bitcoin même si c’est cet axe qui intéresse actuellement les spéculateurs (dont j’avoue faire parti) et les journalistes.

Concrètement que peut-on faire avec le réseau Bitcoin ?

Aujourd’hui lorsque vous payez en ligne, en donnant votre numéro de carte, vous donnez l’autorisation à un tiers de venir tirer l’argent sur votre compte. A chaque fois que vous achetez en ligne vous diffusez donc un point d’entrée vers votre compte en banque. Avec le protocole Bitcoin, on parle de « Push payment»  ou encore de « cash numérique» . S’il y a « coin»  dans le nom c’est bien pour une raison, lorsque vous avez un bitcoin vous avez physiquement la pièce sur votre support (ordinateur, téléphone…).  Je veux payer Amazon je leur envoie 20€ pour un livre. Littéralement j’envoie de l’argent (des bitcoins) de mon compte bitcoin vers leur compte bitcoin. Exactement comme à la librairie du coin de la rue ou je pose 20€ sur table. Avec des moyens de paiements qui s’appuient sur le réseau Bitcoin je peux donc payer en ligne (et dans la rue grâce aux smartphones) sans passer par les systèmes de paiements traditionnels,  surtout sans passer par un point central et avec des commissions extrêmement basses.

Comment ça marche ?

Dans l’univers Bitcoin tout est régi par des adresses qui ressemblent à cela

1CpRSWafcavohnw5vJQBCFs2Pu7Va8RtkT

Chaque participant au réseau Bitcoin a donc une adresse à partir de laquelle il peut recevoir des fonds, envoyer des fonds et stocker des fonds. L’adresse Bitcoin est l’équivalent du compte en Banque. Par contre tout utilisateur peut créer autant d’adresses qu’il le veut. Toutes les adresses sont publiques mais chacun peut décider de faire un lien entre cette adresse et une personne (ou une entreprises) ou bien de rester anonyme.

Toutes les transactions qui passent par le réseau Bitcoin sont visibles de tous. Des sites comme blockchain.info permettent de voir en temps réel toutes les transactions.Une base de données partagée par tous les participants au réseau bitcoin, constamment mise à jour est représentée par une chaine de bloc qui regroupe l’ensemble des transactions réalisées depuis la création du Bitcoin.

En revanche, le réseau Bitcoin ne s’oppose pas aux monnaies classiques, il est tout à fait concevable d’effectuer des transactions €/€ ou même €/$ à partir d’un réseau Bitcoin. Je veux payer mon coiffeur 20€. J’utilise un wallet qui sait parler le langage du protocole Bitcoin et mon coiffeur utilise aussi un terminal de paiement qui sait parler le Bitcoin. Je décide de lui transférer 20€ qui sont instantanément transformé en Bitcoin, la transaction se fait d’une adresse Bitcoin à celle de mon coiffeur qui enfin via son logiciel d’acceptation de paiement peut retransformer les Bitcoins en €.

J’ai donc fait une transaction électronique classique €/€ sans passer par ma banque, visa ou Paypal.

Vous notez bien que mon coiffeur et moi-même n’avons pas eu à signer un contrat avec Paypal ou Visa/Mastercard/GIE CB à travers nos banques. Je peux utiliser le service de paiement de mon choix et mon coiffeur celui qu’il désire. A partir du moment où ces 2 solutions savent parler le langage Bitcoin la transaction peut avoir lieu. On peut faire le parallèle avec http, peu importe que j’utilise un PC ou un Mac et peu importe le browser, à partir du moment où chacun sait lire le protocole HTTP  je peux publier un texte et vous pouvez le lire. Un réseau Bitcoin résout bien le problème qu’on la plupart des porte-monnaies électroniques qui doivent convaincre vendeur et acheteur de contracter avec leur solution.

Des cas d’usage ?

Sur le web on peut imaginer des cas d’usages tout à fait classique de paiement en ligne, à la différence que beaucoup moins d’étapes sont nécessaires pour valider un paiement bitcoin. Une adresse Bitcoin est affichée par un marchand (en brute, sous un alias ou sous la forme d’un QR code peu importe) et je dis à mon wallet, envoie x€ à cette adresse bitcoin.

Hors ligne aussi le protocole bitcoin a de l’intérêt. Imaginez le canard enchaîné qui met, sous la forme d’un QR code, une adresse Bitcoin sur chacun de ses numéros. J’arrive chez mon vendeur de journaux, je prend le canard enchaîné, je lis l’adresse bitcoin avec une application sur mon portable et boom j’ai envoyé 1,5€ au canard . j’ai bien envoyé des €, je n’ai pas donner l’autorisation au Canard de venir retirer l’argent sur mon compte, je l’ai envoyé et c’est non révocable.

Idem pour les cagnottes en ligne (comme Leetchi la plus emblématique en France). Je veux faire tourner une enveloppe pour acheter le cadeau de départ d’un collègue. Au lieu de faire tourner une enveloppe je fais tourner une adresse bitcoin vers laquelle chacun peut envoyer la somme qu’il désire.

On peut imaginer de nombreux cas d’usages mais le principe à retenir est le suivant : avec le protocole Bitcoin c’est celui qui veut recevoir les fonds qui expose une adresse Bitcoin et chacun peut pousser son argent depuis son adresse Bitcoin, comme l’on dépose 1€ sur un comptoir pour payer son café.

Comment fabrique-t-on des Bitcoins : la création monétaire ?

A l’opposé des monnaies classiques qui sont des monnaies élastiques dont la masse monétaire croit (normalement) à la vitesse de la croissance de l’économie (oubliant pour un instant le quantitative easing et autre politique de la planche à Billet ) les Bitcoins sont une monnaie asymptotique, c’est à dire il y a un nombre fini de Bitcoin qui va tendre vers 21 Millions à horizon 2020. Nous sommes partie de quelques 100aines de Bitcoins en circulation début 2009, pour atteindre environ 11 millions en ce moment, 14 millions en 2014 et tendre vers 21 millions en 2020.

Les Bitcoins sont créés à un rythme de 25 bitcoin toutes les 10 minutes environ, et ces 25 bitcoins crées sont donnés à l’un des nœuds informatique qui participe au réseau bitcoin. Il existe des personnes qui sont appelés les « miners » dans l’univers Bitcoin, qui font tourner leurs ordinateurs afin de faire des extractions mathématiques. Toutes les 10 minutes une de ces personnes reçoit 25 bitcoins (c’était 50 avant décembre 2012 et ce nombre est divisé par 2 tous les 210 000 blocs). Voilà comment sont créés les Bitcoins : ex nihilo toute les 10 minutes j’augmente la masse monétaire en récompensant un miner.

Extrait des slides de formation Bitcoin par Paymium

Les coûts de transactions : la carotte

Une transaction Bitcoin a un coût quasi nul grâce à un très ingénieux système de « carotte ». En effet il y a un lien entre les personnes qui font tourner leurs ordinateurs pour miner du Bitcoin et la validation des transactions. Je suis un « miner Bitcoin », un cherhceur d’or des temps moderne et je fais donc tourner sur mon ordinateur un client Bitcoin dont le but va  être de résoudre une équation mathématique complexe. Si mon ordinateur est le premier à trouver la solution de l’équation (grosse simplification ici, nous parlons en réalité de traitement cryptographique, je vous invite à lire la page wikipedia sur Bitcoin qui n’est pas super clair mais qui présente bien les aspects techniques) je gagne toutes les 10 minutes environ 25 bitcoins. Mais en faisant tourner mon ordinateur pour tenter de gagner cette carotte j’ai en réalité validé plusieurs transactions sur le protocle Bitcoin. Chaque nœud du réseau Bitcoin contribue donc à la validation des transactions qui ont lieu sur ce réseau.

Nous avons donc bien un système de transaction financière comme peut l’être Visa mais en P2P et donc à coût quasi nul. Des acteurs de l’écosystème Bitcoin créent des solutions qui permettent de simplifier toute ces étapes pour un simple utilisateur et prélèvent alors des commissions comme peut le faire un PSP, mais vu les faibles coûts de gestion les commissions sont bien plus basses qu’avec les systèmes monétaires classiques.

Les attaques contre Bitcoin

Depuis la création de Bitcoin en 2009 la vie de l’écosystème a été faite de haut et bas pour la valeur du Bitcoin mais aussi d’attaques de banques Bitcoin. Il faut bien comprendre que ce n’est pas le réseau Bitcoin qui est attaqué, ni même la monnaie Bitcoin qui est falsifiée (via de la création de fausse monnaie, de copie de Bitcoin existant ce qui est impossible) mais c’est un acteur de l’écosystème, qui joue souvent le rôle de banque en stockant les Bitcoins pour compte de tiers, qui est attaqué. Des hackers cherchent des endroits pas assez protégés où sont stockés les bitcoins et tentent de les voler. Je répète le Bitcoin est vraiment assimilable à une commodité comme peut l’être l’or ou le pétrole. Il y en a un nombre fini, lorsque vous le stockez sur votre ordinateur vous avez effectivement des « pièces » sur vos disque durs. Si ces disques durs sont détruits, ou volés les pièces qui vont avec le sont aussi. Toutes les attaques dont vous entendez parler peuvent être assimilées à des attaques de banques par les voyous lors de la ruée vers l’or. Ce n’est pas l’or qui est copié ou dupliqué à l’infini mais bien les banques qui stockent l’or qui sont attaquées. C’est pourquoi les acteurs qui jouent ce rôle de banque dans l’économie Bitcoin restent très vigilent à ne pas stocker les bitcoins sur des serveurs connectés au web. On peut même aller plus loin et stocker des Bitcoins au format papier tout simplement en imprimant sur du papier les clés privées qui permettent de dénouer une transaction. Après à vous de voir si vous voulez sotcker ces papiers qui sont finalement des billets chez vous sous votre matelas, au fond du jardin ou carrément dans le coffre fort d’une banque.

Les points importants

Je le répète car c’est le point le plus important :

Bitcoin est une monnaie cryptographique ET un réseau de paiement.

C’est d’ailleurs peut être là qu’est le problème du Bitcoin, car si la nécessité d’avoir un réseau de paiement décentralisé construit pour l’ère de l’Internet (et non pas des bouts de sparadraps pour faire rentrer dans le monde du web des moyens de paiement imaginés dans l’ère pré-web) semble évidente, il peut se poser des questions sur la monnaie Bitcoin : plus qu’une monnaie, c’est une commodité numérique. Sur ce point je recommande chaudement la lecture du meilleur article que j’ai pu trouvé sur Bitcoin par @felixsalmon

In reality, then, bitcoin doesn’t really behave like a currency at all. In terms of its market value, it looks much more like a highly-volatile commodity. That’s by design: bitcoins were created to be the most fungible commodity the world had ever seen – to the point at which they would effectively erase the distinction between a commodity and a currency….

…In order to have economic growth, you need monetary growth as well — and that’s something which is impossible to achieve in a bitcoin-based system. Currencies such as the dollar, with a central bank which can print money at will, have succeeded for a reason. As economies grow, the money supply has to be able to grow with them. And that’s why bitcoin can never really succeed over the long term.

Quelques questions autour du Bitcoin où je n’ai pas de réponses :

Une masse monétaire doit croître au rythme de la croissance de l’économie. Avec le Bitcoin ce n’est pas le cas . Quel problème cela pose ? Bticoin est il donc biaisé dès sa création comme le suggère cet excellent billet .

Pourquoi la valeur du Bitcoin est en train d’exploser ? la réponse est multiple : méfiance dans les monnaies classiques, pique d’interêt des médias, prise de conscience que le Bitcoin est plus une commodité finie comme l’or plutôt qu’une monnaie et donc sa valeur va monter……

Tentative de prospective autour du Bitcoin

Oui la valeur du Bitcoin va connaitre des hauts et des bas au fil des attaques de banques Bitcoin, des actes de méfiance des gouvernements et banques centrales voir de nouvelles lois mais sur le long terme je pense que la valeur du Bitcoin va monter. Peut être qu’une bonne façon de raisonner est de ce dire qu’en achetant du Bitcoin vous achetez des actions du futur concurrent de Visa ou MasterCard et donc sachant qu’il y aura 21 millions de Bitcoins à vous de calculer la valorisation juste.

Demain les banques traditionnelles, les PSP classiques comme Atos ou Ogone ou encore les Square se brancheront sur un réseau Bitcoin pour certaines de leurs transactions comme ils ont branchés sur les réseaux SWIFT, STET et autres ACH.

Le Bitcoin, ou un autre protocole monétaire fondé sur les même principe, va transformer la notion de confiance et la relation au eCommerçant. Aujourd’hui c’est l’eCommerçant qui est méfiant vis à vis du client et qui fait du screening et scoring et décide si oui ou non il va accepter un paiement du client qui peut s’avérer frauduleux. Demain, avec des modèles à la Bitcoin, c’est le client qui devra se poser des questions sur la fiabilité du site sur lequel il consomme. Car une fois qu’il aura payé via un réseau Bitcoin, les transactions ne sont pas révocables. cela change totalement la relation de confiance et donc les leviers marketing. Bien sûr comme souvent tout n’est pas blanc ou noir et l’on imagine plus les paiement via le réseau Bitcoin pour les petits montants et les achats d’impulsions, les gros montants étant payés en virement et les abonnements en prélèvement (qui a besoin d’une carte ;o) ?).

En conclusion je n’ai qu’un mot : Satoshi Nakamoto vous êtes un génie!

Un grand merci aux équipes de Paymium et en particulier Pierre Noizat et Gonzague Grandval  qui m’ont permis de comprendre en partie le monde du Bitcoin
Enhanced by Zemanta

flattr this!

February 25 2012

01:29

Retour sur le BarCampBankParis7

J’ai participé avec Christophe Ducamp à l’organisation du BarCampBankParis7 le 28 janvier dernier.  Un bon succès populaire avec plus de 100 personnes dès la session du matin.  Merci à tous ceux qui sont venus et aux sponsors qui nous ont permis d’organiser l’événement. Malheureusement en tant qu’organisateur j’ai plus étais spectateur qu’acteur de cette édition. J’ai quand même participé à quelques ateliers et voici ce qui m’a marqué :

La créativité en action

-        OpenBankProject , excellent projet de logiciel de banque en OpenSource et surtout construit autour d’APIs. J’aime beaucoup le concept de pouvoir ouvrir l’accès à son compte en banque à des tiers à avec des niveaux de granularités différents : à ma femme je montre tout ou presque, à un organisme de crédit je montre juste que je suis dans le vert depuis 1 an. Un peu sur le principe des cercles de Google+. Le modèle pourrait s’appliquer en premier aux ONG qui veulent vraiment être transparentes sur leur rentrées et sorties d’argent. J’aime ce projet qui pourrait devenir une couche importante d’un futur « Banking OpenSOurce Stack ». Mais sans les autres couches disponibles pour l’instant OpenBakProject doit encore s’ancrer assez fortement sur les « vraies banques ». Je pense que ça ne va pas être facile à vendre, mais ce projet va dans la bonne direction. Merci aux 2 fondateurs de s’êtres déplacés de Berlin.

-        Réflexion #rebootbanking : un atelier un peu fourre-tout ou de bons questionnements ont émergé (une mindmap de la session par Thierry Marianne ):

  • Une banque 100% automatique sans humain est-elle possible ? souhaitable ? en d’autre terme à ton besoin des banquiers ? tout une partie des process peut bien sûr être totalement automatisée, comme l’explique l’excellent article de Chris Skinner sur le sujet . Mais il existe une partie conseil qui peut/doit être fait par des humains (nous parlons ici plutôt du financement de PME ou de banque privée). Seulement ces « humains » doivent-ils être banquiers ou plutôt spécialiste de mon secteur ? Peut être qu’une banque communautaire où les anciens clients deviennent des banquiers intérimaire pour accompagner les « nouveaux » dans les méandres de la gestion de trésorerie ou de l’augmentation de capital. Il pourrait aussi y avoir des conseillers freelance multisupports qui ne se spécialisent sur une banque mais un panel de solutions de financements.
  • A-t-on besoin d’agences bancaires ? ici nous avons évoqués des pistes d’agence unique, sorte de point banque commun où se font concurrence plusieurs ATM pour la plupart des opérations et quelques banquiers qui travailleraient en freelance en suivant des projets de A à Z et proposant des produits de plusieurs fournisseurs. Les ATM pourraient adapter leurs offres et prix en fonction des besoins de la banque. Besoin de compte d’épargne pour faire du core Tier1 ? des opérations marketing d’abondement sont proposés pour inciter le dépôt d’un chèque ici plutôt que là. Besoin de vider ses ATM car un rechargement vient demain, des coupons offerts en plus…
  • Comment visualiser l’argent ? une vraie question et les interfaces bancaires ne sont vraiment pas innovants mais surtout pratiques, et les acteurs du PFM ne proposent pas aujourd’hui d’évolutions transcendantes. Certes ils fournissent des graphiques mais nous sommes toujours proches du niveau Excel. Il doit exister d’autres méthodes mieux adaptées pour représenter l’argent. Holvi est un bon exemple d’interface différent, la banque en ligne fournie plutôt une sorte de timeline ou live stream à la twittter/facebook qui permet de voir défiler les interactions autour du compte (démonstration vidéo) . On imagine aussi des principes de visualisation de l’argent en flux dynamiques et non en stock un peu comme le fait Simple qui affiche des comptes qui anticipent le dépenses et entrées d’argent à venir.

-        Le Crédit Agricole était présent en force car ils avaient annoncé la veille la sortie de leur API et de leur APPstore. Plus de détails sur  c’est pas mon idée et le compte twitter de l’initiative.  Bravo à eux, une « grosse banque » qui lancent des expérimentations comme cela fait plaisir. J’espère qu’ils parviendront à faire naitre un écosystème sur leur plateforme.

-        A la fin de la journée Frederic Baud a fait une excellente présentation sur le modèle économique de la banque et pourquoi il était possible d’imaginer une banque de détail à la « Iliad/free ». Des services de bases offerts, et des services spécialisée sur des verticaux en plus. Il a écrit avec @niolasmax une étude en vente sur leur site.



Il y a aussi eu d’autres groupes de travail auxquels je n’ai pas participés :

  • Un atelier sur le manifeste du financement participatif qui avait pour but de poser les premières briques d’un projet de manifeste pour inciter les décideurs à faiciliter l’éclosion de ces plateformes de financement d’un nouveau genre. La mayonnaise a pris puisque le manifeste est maintenant écrit et signé par la plupart des acteurs du secteur et un événement pour le lancer sur le devant de la scène est prévu en mars.
  • un groupe de travail sur les monnaies complémentaires, un autre sur la gamification des services mobiles, et une présentation par Daniel Kaplan, président de la FING venu présenter et échanger sur l’idée du programme Mes infos, très bonne initaitive de VRM dans laquelle les banques ont claiement un rôle à jouer.

Globalement j’ai beaucoup apprécié cette journée et fait de belles rencontres ce qui reste le but d’un barcamp. J’ai quelques regrets, qu’il n’y ait pas eu de discussion plus techniques sur des projets comme openbank project ou encore Pico money ou project ripple qui sont des évolutions technologiques qui doivent permettent de faciliter la gestion des process de bases bancaires pour quasiment les intégrés au code. Je ne suis pas codeur mais je pense que nous ont manquons, en plus de penser les nouveaux modèles bancaires, il faut aussi les construire avec les nouveaux outils à notre disposition.  Prochaine étape organisé un #hackmybank plus tourné développeurs et fabriqué une banque en un week-end! J’aurai aimé aussi plus parlé de comment représenter l’argent. Je suis sûr qu’il y a de nouvelles pistes à explorer, les spécialistes du design et du UX sont les bienvenus aussi pour le prochain BarcampBank.

Merci à http://www.synopteek.com/ qui a réalisé une mindmap géante de l’événement

Une autre Mindmap globale par Thierry Marianne

L’ensemble des participants peut être trouvé ici, la page canonique qui regroupe tous les liens autour de ce barcampBank  et Christophe Langlois aka @visible_banking, a réalisé une série d’interview de certains participants.

Conclusion : API, gamification, P2P et share economy, #dataviz, #bigdata… toutes ces tendances globales du web arrivent petit à petit dans le monde bancaire. Les années à venir vont êtres très intéressantes à suivre!

D’autres liens :

Enhanced by Zemanta

flattr this!

January 11 2012

01:55

news of the day in the Fin Tech world

I test my Storify / WordPress plugin. But the content of the storify is still worth reading

View the story “FinGeek news of the day” on Storify

Storified by nicolas debock
  • 1

FinGeek news of the day

the best story I read today in the field of finance 2.0

  1. A Nice List ! 

  2. And you even get @davemcclure fintech portfolio
  3. Good overview in one image of the US payment landscape

  4. So can we create a speculator bot ? 

  5. a theory of the speculator is possible
  6. More proof of Bank as a Platform

  7. Fintech innovation Lab in NY portfolio

Show moreOther stories by ndebock on 
 ➜

From
To
Send
Embed code

Enhanced by Zemanta

flattr this!

January 05 2012

22:38

Innovation Bancaire, 2011 une année mouvementée, qu’attendre de 2012 ?

L’année 2011 a été très chargée dans les innovations technologiques et marketing de l’univers des services financiers. Cette évolution rapide est liée à plusieurs facteurs :

-        Les évolutions technologiques : le cloud qui permet d’agréger et d’analyser de grande quantité de données (et la finance est une activité qui créée et exploite avant tout de la donnée), les Smartphones qui sont l’outil parfait pour faire le lien entre internet et le point de vente.

-        Les évolutions réglementaires : le lobbying de certains acteurs extérieurs à l’univers bancaire et  l’ouverture à une concurrence européenne sont autant de forces qui assouplissent les conditions d’entrée sur un marché où jusqu’à présent la marche était très haute.

-        Les évolutions dans les usages : Le développement de l’usage du smartphone en magasin et une plus grande confiance dans les places de marchés en ligne ont soutenus la croissance de nouveaux services financiers. La dimension « sociale  et communautaire » du web qui s’applique aussi aux secteurs financiers avec l’apparition de réseaux sociaux autour des finances (partager des conseils pour la consommation et l’investissement, se regrouper en communauté pour consommer…)

Je résume ici les tendances qui se confirment en 2011 et en essayent de voir les nouvelles tendances à venir. Le prochain BarCampBank à Paris, le 28/01 sera l’occasion d’échanger sur ces sujets entre autres. Un groupe Google+ fait aussi passer de nombreux liens.

Paiement

L’essor du porte monnaies électroniques (Wallet) : si Paypal a eu le champ plus ou moins libre pendant une décennie sur ce secteur, les gros acteurs ont lancé leurs portemonnaies en 2011 : les opérateurs mobiles (ISIS aux US, Buyster en France…), les banques (Kwixo, ICB), les géants du web (Amazon check Out, Google Wallet). 2012 donnera des indications sur qui seront les vainqueurs, l’indicateur intéressant étant de savoir combien de marchands acceptent ces nouveaux moyens.

Paiement en magasin : La forte croissance du parc de smartphone qui est un lien permanent vers le cloud et permet donc d’être le point d’accès central vers différents services web qui, intégrés, enrichissent véritablement l’expérience de consommation (voir ce billet de la revue banque qui décrit bien à quoi va ressembler cette expérience avec une analyse du rôle joué par tous les acteurs ). En revanche le paiement n’a toujours pas trouvé le capteur du téléphone qui est son meilleur allié : le NFC/Sans contact poussé par les pouvoirs publics et les opérateurs mobiles mais tarde à décoller faute d’un parc installé, l’appareil photo qui sert de capteur pouvant lire les codes-barres ou photographié des chèques, le GPS qui permet la localisation dans un magasin, l’écran tactile qui peut permettre de signer. La réponse est surement dans la combinaison de ces capteurs.

La stratégie d’acquisition suivie par Paypal en 2010/2011 illustre cette tendance qui permet d’utiliser le mobile comme un outil de consommation au-delà du simple paiement (recherche de produits, comparaison et analyse, paiement, promotion, fidélité..). L’évolution des paiements en magasin passe aussi par la connexion des points de vente à Internet : terminaux de paiement ouverts sur IP, boutiques et arrière boutiques connectées (stock, crm, facture, commande, sourcing…).

Enfin l’utilisation du mobile comme terminal permettant d’accepter les paiements semble connaitre un véritable succès illustré par le parcours jusqu’ici sans faute de Square.

Fig1. Dépenses par secteur et montant via Square au Etats-Unis

A suivre en 2012 autour des paiements

-        Croisement plus profond du marketing et du paiement : le paiement s’insère dans des applications de « consommation »

-        Les magasins connectés : pour faire face à des consommateurs de plus en plus connectés, les magasins doivent aussi d’adapter en numérisant la plupart de leur processus.

-        Les porte-monnaies deviennent multicartes avec l’ajout d’autres cartes de paiement mais aussi de cartes de fidélités. La question ne va pas être quel sera le wallet de référence, mais quelle carte de mon wallet je vais utiliser le plus souvent (un peu comme les applications dans son téléphone, toutes ne sont pas utilisées à la même fréquence).

-        Croissance des offres de paiement basées sur le transfert, le prélèvement et non la carte de paiement (Dwollaaux Etats-Unis, SLimPay en France) ce qui diminue fortement les coûts de transactions et permet d’inventer de nouveaux modèles de paiement (abonnement, commissions…)

-        Désynchronisation de l’achat et du paiementdes offres comme Klarna permettent de commander en ligne et payer à la livraison, de plus en plus de modèles d’abonnement comme la nouvelle offre de Square . Voir le billet de TekFin sur le sujet.

-        Croisement de l’identité et des paiements (c’est en partie la stratégie de Paypal avec OpenID)

-        Terminaux de paiement en magasins plus ouvert permettant l’intégration d’applications tierces.

-        Fin du modèle à 4 coins et retour des réseaux fermés : de plus en plus d’offres de paiements innovants se construisent sur des boucles fermées où la personne qui paye et la personne qui accepte le paiement sont tous les 2 clients du même fournisseur  : ceci implique une moins grande universalité des moyens de paiement mais plus de liberté dans les modèles économiques.

-        Les monnaies complémentaires : l’apparition de monnaies spécifiques à un secteur économique ou à une communauté vont profiter de l’essor des portes monnaies électroniques

Le Peer to Peer gagne en maturité

Les plateformes d’échanges financiers de personnes à personnes ont connu une année 2011 mouvementée mais leurs offres gagnent en légitimité. Il existe différents modèles, le prêt de particuliers au particuliers (prêt avec intérêt), le mécénat participatif (comme la plateforme de « Crowdfunding » Kickstarter aux Etas-Unis ou encore KissKissBankBank en France) et enfin le P2P venturing où les participants prennent des parts dans les sociétés qu’ils financent.

Les plateformes de prêt de particuliers à particuliers comme Prosper ou LendingCLub aux Etats-Unis ou encore FriendsClear ou Prêt d’union en France ont toutes levées des fonds et validées leur modèle légalement auprès des instances de régulation. Aux Etats-unis un amendement est en discussion au sénat pour donner plus de légitimité à ces plateformes.

A suivre en 2012 auour du Peer to Peer

-        En France, Lobbying pour un assouplissement réglementaire des contraintes des plateformes de financement décentralisé

-        Nouveaux outil de calcul du risque basé sur la réputation en ligne. Est-ce qu’un utilisateur aura un tôt d’intérêt calculé en fonction de ses amis Facebook ? Des banques travaillent déjà sur le sujet.

-        Accroissement de l’intégration des outils de financement et des réseaux sociaux (tontines 2.0)

Banque en Ligne : PFM et nouvelles banques

Après le lancement début 2011 de l’offre de Gestion des finances personnelles (PFM) de Boursorama MoneyCentre, les banques lancent toutes leur propre PFM que ce soit sur l’interface de banque en ligne classique ou à travers des applications mobiles.  Des start-up (Linxo http://www.linxo.com/, Bankin http://bankinapp.com/ ) se positionnent aussi sur ce marché en mettant en avant l’agrégation de compte et des interfaces plus dynamiques.

Des nouvelles banques innovantes se sont aussi lancées en 2011 avec Simple qui avec un deisgn épuré et un positionnement de plateforme ouverte qui montre la voie des banques de demain, MovenBank http://bank2book.com/2011/09/20/movenbanks-reboot-of-banking-now-the-work-really-starts/, la première banque qui demande à ses utilisateurs de se connecter avec son profil Facebook qui ne propose aucune carte (que du paiement via mobile) et enfin qui analyse les profils sur les réseaux sociaux afin d’offrir des crédits.

Vidéo : présentation de l’interface de BankSimple

Simple Demo from Simple on Vimeo.

Enhanced by Zemanta

September 16 2010

22:23

Bank as a Platform

Une nouvelle génération de services bancaires est en train d’émerger. En s’appuyant sur les technologies web, mais surtout sur les nouveaux business model que ces technologies induisent, des start-up proposent des offres bancaires nouvelles.

Je ne parle pas ici des banques en ligne, simple nouveau canal de distribution pour les grands réseaux de banques de détail, mais bien de nouveaux modèles bancaires proches d’une stratégie As a Service et plus précisément As A platform.

Petit rappel sur ce qu’est le cloud computing

Quand on parle du cloud computing, d’un point de vue technologique nous parlons d’applications qui tournent sur des serveurs à distance fournis par des tiers, d’un point de vue business model nous parlons de facturation à l’usage. Mais plus précisément le cloud est sur  3 niveaux :

-         L’infrastructure as a Service (IaaS) qui fournit les services de bases, les couches les plus basses comme la mémoire vive, le stockage, le réseau, la puissance de calcul. Amazon avec son offre Amazon Web Service est un des plus gros fournisseurs et un grand nombre de service web qui se lance aujourd’hui tournent sur ces infrastructures (c’est pour cela que j’appelle cette page API status of AWS le poul universel du web). Les fournisseurs d’IaaS ont tendance à offrir des services de plus en plus évolués en proposant en plus de l’infrastructure des suites logiciels intégrés, par exemple la gestion de base de données. On appelle alors ces services des Plateforme as a Service

-         Les Platform as a Service (PaaS) sont destinées à fournir plus qu’une simple infrastructure mais plutôt un environnement de développement. Sur ces plateformes, les développeurs peuvent construire des services  web, des applications. Ces plateformes sont soit très généralistes (Google Gear permet de développer tout type d’applications) soit vertical (google maps est une PaaS où des tiers développent des applications autour de la localisation et des cartes. Google fournit les briques de bases (des cartes, photosatellite…) et les connecteurs pour facilement utiliser ces briques. Facebook est aussi une plateforme qui fournit comme brique de base les interactions sociales et des outils de publications (les « murs »).  Salesforce et sa plateforme force.com qui permet aux entreprises de développer des applications internes au delà du CRM (comptabilité, gestion de projet..…)

-         Enfin les Software as a Service (SaaS) qui sont la partie émerger de l’iceberg. Ce sont les applications que nous utilisons sans avoir à les installer sur nos ordinateurs / téléphones mobiles. La liste est longue de Gmail à Salesforce en passant par les jeux sur facebook, les ERP (netsuite) mais aussi deezer ou picassa.

Pour l’industrie bancaire à quoi pourrait ressembler les couches d’un Cloud Bancaire

source : the park Paradigm

-         Pour les infrastructures les  besoins spécifiques vont être autour de la sécurité et surtout de la fiabilité. Des infrastructures avec sauvegarde à chaud et de garantie d’accès aux données 24/7. Les fournisseurs d’infrastructure as a service pour les services financiers devraient être les mêmes que ceux des banques actuelles (des acteurs spécialisés dans les salles blanches protégés de type Sungard) ou les acteurs du IaaS type amazon s’ils sont capable d’offrir les même garanties (mais à quel coût ?).

-         Pour la partie plateforme, il n’existe pas encore vraiment de Bank as A Platform. Cependant on commence à voir des acteurs évoluer vers cette stratégie :

  • Des banques traditionnelles qui sous-traite leur back office de core banking et leur SI à des acteurs innovants tiers. Puisque la banque a déjà réalisé des investissements dans un Système d’information bancaire qui respecte les différentes réglementations elle peut vendre à des tiers sa plateforme Bancaire. En France, Arkea (la caisse régional de l’ouest du crédit mutuel) suit cette stratégie en louant son Bak-office à de nombreuses start-up (Limonetick, Lemonway, Monet…), BNP Paribas retail banking semble aussi suivre cette stratégie. D’une façon général, ce que les banquiers appellent usine bancaire, quand des banques parfois concurrentes regroupent leur back office sur certaines activités (paiement, titres…) a le potentiel (si les décisions stratégiques sont prises) de devenir une Bank As A platform.

Cette notion est trés bien résumé par l’excellent Chris Skinner :

Once you have network enabled components, you can add any branch, product or even country onto the network for zero extra cost. That’s the power of BaaS. That’s why some banks are starting to white label and break apart their traditional services so that corporates can just buy-in the bits they like and want.  That might be a SWIFT Gateway here, internet payment services there, international money transfers here, cheque processing there … all bits of banking, all prices and packaged to plug and play as a service.

Source, Chris Skinner aka The Finanser

BankSimple la première Bank as a Platform issue du Web

  • Les acteurs du monde du paiement ou du porte-monnaie électronique. Ils ne sont pas encore des banques mais ils sont proches d’un compte courrant avec leur porte monnaie électronique.  Paypal évolue d’ailleurs vers une plateforme en fournissant des APIs. Venu des moyens de paiement pur, Paypal évolue vers un métier de tenue de compte. Il concentre son cœur de métier sur le paiement  et le calcul du risque et laisse des tiers développer des applications incluant paypal comme coeur de solution

Pour fonctionner toutes ces plateformes devront offrir des connecteurs (API) pour laisser facilement des tiers brancher leur propre service.

-         Enfin pour la partie software/service il existe déjà de nombreux services financiers en SaaS. Paypal est un exemple de paiement en SaaS, etrade qui permet d’acheter des actions. Mais parmi les moins connus smartypig une sorte de livret A 2.0, Mint pour la gestion de compte…. Une liste assez complète peut être trouvé ici (merci à Frédéric Baud d’avoir créer et garder cette page en vie et au passage merci à toute la communauté du BarcampBank ) et je reviendrai plus en détail sur les services possibles dans un second billet sur les Bank As A Platform

Pour aller plus loin

Sean Park, un des business Angel de Bank Simple a réalisé une présentation Prezi captivante sur le sujet à voir ci dessous ou à écouter commenter par son auteur sur son blog :

platforms, markets and bytes on Prezi

Tekfin a publié au mois d’aout dernier un bon billet sur le même sujet : Banking as a Platform

De mon coté je tache de faire une veille active sur le sujet dans ma Pearltrees Bank as a Utility :

Dans le prochain billet nous regarderons plus en détail les différentes briques qui peuvent composer les étages d’une telle banque mais aussi les business models derrière ces stratégies. Enfin nous regarderons un peu plus dans l’avenir où les fonctionnalités bancaires de bases seront devenues de simple standard de communication informatique au même niveau que les couches TCP/IP.

Enhanced by Zemanta
Older posts are this way If this message doesn't go away, click anywhere on the page to continue loading posts.
Could not load more posts
Maybe Soup is currently being updated? I'll try again automatically in a few seconds...
Just a second, loading more posts...
You've reached the end.

Don't be the product, buy the product!

Schweinderl